Le Blog d'Eleonore

Wild

Il va bien falloir commencer un jour, je vous propose tout de suite

13 février 2017, Author: Eléonore La Cardabelle

Vous aimeriez vous trouvez dans ce paysage de rêve ?

La planète étouffe mais c’est nous qui mourrons, dans 1 million d’année la Terre sera toujours là (si elle n’a pas implosé d’ici là ou si elle n’a pas rencontré un astéroïde géant, ou si……. Pardon, je m’égare) mais l’espèce humaine risque de disparaître, elle. Rassurez-vous ce n’est pas (à ce jour) irréversible. Il existe un remède.

Le constat

En fait il y en a plusieurs, ils sont même nombreux mais je me concentrerai aujourd’hui sur nos déchets et l’environnement. Notre façon de consommer actuelle doit être changée Voici pourquoi.

Chaque année environ 150 millions de tonnes de produits à usage unique sont produites (sacs, verres, pailles). Et jetées. Parmi ces 150 millions de tonnes, 8 millions finissent dans les océans. Une fois dans l’eau le plastique ne disparaît pas, jamais, car il n’est pas biodégradable. Cette pollution à des effets néfastes sur l’écologie, la santé humaine et environnementale, l’économie côtière, la sécurité alimentaire, le changement climatique.

Les plus visibles sont la mort suite à ingestion, étouffement, étranglement des espèces marines. Elles confondent les déchets avec de la nourriture et meurent soit empoisonnés, soit de faim (leur estomac étant rempli par du plastique), soit par infections, de blessures internes. La preuve en images (âmes sensibles s’abstenir).

Les moins visibles sont les produits toxiques qui s’accumulent sur le plastique (plastique + eau de mer+ soleil = contaminants toxiques) et qui s’accumulent dans les organismes et rentrent ainsi dans la chaîne alimentaire. (Pour rappel, au bout de cette chaîne il y a l’humain).

Le problème est d’échelle mondiale mais les solutions serons locales.

Bien sur des mesures politiques peuvent et doivent être prises afin de résoudre le problème.

J’espère que vous vous rendez compte de l’étendue du problème et de l’urgence de la situation,

Le remède : prise de conscience et volonté d’y participer

Je me souviens de la première télévision qu’ont acheté mes parents, elle ressemblait à ça :

avec 3 gros boutons pour les chaînes (qui faisaient CLOC ! Quand on appuyait dessus) et un bouton marche arrêt. Le boîtier était en bois vernis et quand elle tombait en panne, le réparateur venait à la maison pour la réparer. Elle a duré 20 ans. Mes parents s’en sont séparé quand, suite à une panne, la pièce de rechange ne se faisait plus. Aujourd’hui la durée de vie des produits a été dangereusement raccourcie de façon à augmenter la consommation et booster l’économie. (LOL!) Et donc les déchets !

Avant les années 40 les produits étaient créés pour être réutilisables et faits avec des matériaux de haute qualité. Dans les années 50 la production de masse du plastique a fait évoluer les habitudes de consommation vers une culture du jetable qui est en train de tuer tout être vivant sur Terre.

Il est donc urgent d’intervenir tout de suite et le plus simple étant de commencer par ce que nous consommons tous les jours.

Nous sommes de plus en plus nombreux à avoir pris conscience du problème ET à agir.

Tous nos achats ont un impacte sur l’environnement, il est donc primordial de repenser notre façon de consommer, afin de réduire nos déchets (pas que le plastique)

Acheter de façon responsable et en conscience,

Nous sommes trop habitués à prendre vite fait dans les rayons plein de produits sur-emballés !

Pour moi il y a 3 questions primordiales à se poser quand on fait un achat :

– est ce que c’est nécessaire ? (afin de limiter la surconsommation et donc des futurs déchets)

– est ce que c’est bio-dégradable ? (on pense à moyen ou long terme selon ce que l’on veut acheter)

– est ce que c’est recyclable ? (parfois on a le choix du matériau, certains le sont plus facilement et écologiquement que d’autres)

– est ce que l’empreinte carbone est mesurable ? (Pour simplifier : plus c’est près de nous, mieux c’est !)

Bein oui ça fait 4, mais déjà cela nous donne des indications qui vont nous aider à faire un choix. Un exemple de tous les jours ! Hier je suis allée acheter des bananes chez le primeur du coin. Il avait deux tailles de bananes l’une provenant des Canaries l’autre du Chili. Vous connaissez la suite.

Et quand c’est possible on peut aussi : privilégier le vrac, acheter des éco-recharges, penser aux cadeaux dématérialisés, consommables ou faits maison, envisager les achats d’occasion, emprunter ou louer… éviter d’acheter des produits en plastique, ainsi que des produits jetables.

Limiter ce que l’on jette

Conditionnés depuis notre naissance, lorsqu’on ne veut plus d’un objet on le jette.

Mais peut être peut il servir à quelqu’un d’autre. Peut être peut il être réparé. Peut être peut il être recyclé. Peut être peut il servir à autre chose qu’à son usage d’origine. Donnez une deuxième vie à vos objets. Nos poubelles débordent de déchets qui ne devraient pas s’y trouver si nous faisions un peu plus attention.

Il existe des produits de substitution pour éviter au maximum l’usage unique. Pour chaque produit jetable il y a un produit conservable (Yess!). Et s’il n’existe pas, on l’invente !!

Et pour les consommables, il y a des solutions écolo.

Votre paille, vous la voudrez en carton, bambou ou inox ? Faites votre choix. Mais sachez que quoi que vous choisissiez il y aura forcement un impacte sur l’environnement. Après ce ne sont que des choix qui nous sont propres, chacun ses choix et respectons les.

Demain sera meilleur et ce sera grâce à nous !

La plus grande menace pour notre planète est la conviction que quelqu’un d’autre la sauvera. Robert Swan

Nous sommes tous écoresponsables de ce que nous consommons, jetons, recyclons. Changeons nos habitudes ! Commençons à diminuer nos déchets dès aujourd’hui. Et surtout éduquons nos enfants dans ce sens.

Et dites vous bien que vous n’êtes pas seuls : des centaines de communautés existent pour échanger des conseils, des recettes, réaliser des actions ensembles comme des ateliers ou comme le ramassage des déchets dans les lieux publics (World Cleanup Day ). Il y en a certainement près de chez vous, renseignez-vous.

Cela peut paraître tout petit mais puisque nous sommes tous ensemble ces changements mineurs seront significatifs.

Moi pas…